Démarche Artistique : 

Le travail d’Emmanuelle Tartas nous transporte en Afrique, dans le Sénégal postcolonial de la fin des années 60. Une palette de rouges et de couleurs de terre, un univers personnel de motifs métaphoriques, de masques, de personnages fantastiques et autres figures expressionnistes, nous transportent dans un rêve où cohabitent nostalgie de l’enfance et questionnement sur l’exil et l’identité. 


Les techniques classiques de peinture à l’huile confrontées à une utilisation brute des matières comme la terre, le plâtre, la filasse se posent en symbole de sa double identité occidentale et africaine. Les pigments purs, symbolisant la latérite, mêlés à l’huile de lin, et appliqués au doigt ou à la brosse dure, font vibrer la couleur et s’entrechoquent avec les glacis et les motifs délicats posés à la brosse douce.

Devant l'œuvre, le spectateur fait l’expérience transformatrice et réparatrice de la connexion à la mémoire sensorielle du corps.

L’artiste est influencée par Klimt pour confrontation des matières et Egon Schiele pour l’expressivité du trait. L’expression forte de son histoire personnelle renvoie au travail de Louise Bourgeois tandis que l’utilisation des matières textiles nous entraîne dans le sillage d’Annette Messager. Enfin, c’est au mouvement Figuration Critique que se rattache naturellement son travail car, comme l'écrivent les fondateurs du Salon en 1978 : “C’est que nous poursuivons le rêve d’un art puissamment figuratif et qui nous engagerait dans une lutte progressivement émancipatrice… “