Exposition/Rencontre du 20 novembre au 4 décembre 2021, association Les Enfants du Sahel à Bordeaux

      

 C'est dans "Les trois sœurs"( lien1) de Thékov que j'ai découvert le principe philosophique de l'utopie rétroactive (lien1 ).

Cette idée entre en résonance avec mon histoire personnelle : je suis née au Sénégal en 1967, j'y ai passé les premières années de ma vie puis j'ai enfouie, oublié, cette partie de mon histoire. A travers mon travail d'artiste, je cherche, par les mémoires du corps ( lien 4 ), à me reconnecter à l'empreinte que l'Afrique a laissé en moi, pour sortir de mes empêchements et trouver une identité (lien 2 ).

Ainsi, comme les spectateurs devant les personnages de Tchékov partagent l'espace utopique, je donne à voir les résultats de mes explorations, à travers des thèmes en lien avec des expériences de vie fortes : privation/ séparation, naissance/mort, énergie/ancrage...

Plus largement, s'impose aussi à moi la question post-coloniale et la nécessité de trouver des espaces de création qui soient réparateurs et réconciliateurs. Je souhaiterais, modestement, par mon travail et par un engagement encore à construire, apporter ma pierre à l'édifice d'une réparation.


Enfin, apparaît la question, plus personnelle, uchronique et vertigineuse, de la vie vécue comme telle alors qu'elle aurait pu être autre.